E-liquide

VapeStronomie : le goût de la vape

0

Dans le civil, Jean Aman, 37 ans, est superviseur pour un plateau téléphonique d’une banque mais aussi écrivain scénariste. Fumeur depuis l’âge de 17 ans, il a arrêté de fumer depuis plus d’un an grâce à sa rencontre avec Éric de Nagorny, gérant de la boutique Bojo Strass. Doté d’une iStick et d’un Nautilus, son sevrage tabagique a fonctionné et, deux mois plus tard, il passait au reconstructible dans l’optique d’apprécier au mieux les saveurs des liquides. Déjà, le goût prenait une place prépondérante dans la vape de Jean Aman.

Associer les saveurs

Le concept de VapeStronomie est venu plus tard. Dans un bar où il est possible de vaper, Jean Aman déguste une bière perle IPA en vapotant un liquide français bien connu à la saveur de fruit du corossol, et c’est la révélation. Ensuite, il teste différents liquides avec de la nourriture, diverses boissons pour trouver les bonnes associations.

En janvier 2018, il crée des pages Facebook et Instagram au nom de VapeStronomie. En parallèle, il écrit des articles sur le site Vapapapa.com, qui regroupe des artisans de la vape. L’idée d’organiser des soirées est venue plus tard. “Je suis parti d’un principe simple : associer le plaisir de la vape et le goût, que ce soit pour les gens qui ont besoin d’arrêter de fumer ou pour faire découvrir la vape autrement aux vapoteurs”, explique Jean Aman.

Primo-vapoteurs bienvenus

Lors d’un évènement organisé par Vapstronomie

Qui participe aux soirées VapeStronomie ? “On a des profils bien différents, répond-il. Ça va des vapoteurs expérimentés avec du matériel pointu à d’autres qui possèdent un matériel plus basique, en passant par des gens qui découvrent la vape et à qui du matériel de débutant est prêté”.

VapeStronomie change systématiquement de lieu et chaque événement accueille entre 25 et 30 personnes. Jean Aman assure la partie animation en expliquant le fonctionnement de la soirée, les plats et boissons qui seront dégustés et les saveurs des liquides qui seront proposés. En parallèle, Éric de Nagorny ou Aurélien Matter, gérant de la boutique Sweet & Vapes, aident les nouveaux vapoteurs en leur expliquant le principe de la vape et le fonctionnement du matériel. Pour eux, le but est de les attirer par la suite dans leur boutique et de les faire arrêter de fumer. Pour Jean Aman, le principe est simple : “On fonctionne sur trois valeurs. Il y a le primo qui a envie d’essayer la vape et de se mêler à une communauté, les vapoteurs expérimentés qui ont envie d’essayer des associations de saveurs, et les découvreurs qui ont envie de se faire plaisir avec les goûts et dans le côté communautaire parce qu’ils vont apprendre des choses sur la vape.”

On a bluffé des gens ! On a fait une soirée “tarte flambée”.

Jean Aman

Concrètement, Jean Aman choisit un lieu en fonction des gens ou des enseignes avec qui il a envie de travailler. Ça peut être un bar, un restaurant, un caviste, une épicerie bio, etc. “Quelqu’un qui a envie de partager le plaisir du goût et de faire découvrir ce qu’il fait”. Une fois que le contact est lié, une première rencontre a lieu pour expliquer comment la soirée va se dérouler, puis Jean et la boutique partenaire procèdent à la sélection des liquides. Enfin, la sélection des liquides s’affine lors d’une troisième rencontre avec le gérant du lieu qui accueille la soirée. “Au final, on sélectionne 3-4 liquides qui s’associent bien avec les plats ou les boissons proposées.” C’est le même principe que dans les restaurants qui proposent un plat / un verre.

Tarte flambée et vape, c’est possible !

La vape et les plats s’associent aussi bien que ça ? “On a bluffé des gens ! s’exclame-t-il. On a fait une soirée ‘tarte flambée’ où des néo-vapoteurs ne voyaient pas l’intérêt de vaper en mangeant, maintenant ils le voient ! (rires). On avait associé une tarte flambée asperge et ciboulette qui s’associe très bien avec un liquide à la saveur cactus. Mais ça reste de la dégustation, si on a juste envie de manger un gros bœuf bourguignon, avec un liquide ce n’est pas intéressant. Ce qui est intéressant, c’est de pouvoir développer les goûts, développer les saveurs, la sensibilité des papilles avec des petites quantités.”

Pour l’instant, la petite entreprise de Jean Aman est prospère. Sous le statut de micro-entrepreneur, il organise un événement toutes les deux semaines et la demande est exponentielle. Il espère développer VapeStronomie en dehors de l’Alsace en recrutant des représentants régionaux qu’il est prêt à encadrer.

Tarte à la rhubarbe et Madam Pearington de Vape Classy

Exemple d’association, une tarte à la rhubarbe et un e-liquide Madam Pearington de Vape Classy.

Quoi de plus naturel en Alsace que de déguster une bonne tarte à la rhubarbe ? Je ne vous décrirai pas la recette, de toute façon, elle est secrète. En revanche, elle se marie parfaitement avec un jus de Vape Classy : Madam Pearington. La poire enrobée dans son sucre brun avec une touche d’agave. Surprenant. La douceur de cet e-liquide calme l’acidité de la rhubarbe, mais tout en rehaussant son goût. L’un ne couvre pas l’autre et les arômes viennent au contraire se confondre pour créer un nouveau goût délicieux. En un mot : de la VapeStronomie

Site internet :https://vapestronomie.fr

Instagram : www.instagram.com/vapestronomie/

Facebook : www.facebook.com/vapestronomie

Beyond The Cloud : le documentaire sur la cigarette électronique

Article précédent

Vape en Russie : les chiffres-clés

Article suivant
Login/Sign up